Chargement...

Chargement...

Combien peut-on nourrir d’êtres humains en respectant les limites planétaires ?

C’est la question que se sont posée des chercheurs européens dans un article de Nature Sustainability publié en janvier. Pour y répondre, ils ont modélisé la biosphère terrestre en intégrant les systèmes agricoles. Ils ont ainsi pu quantifier la part de la production alimentaire mondiale actuelle (mesurée en kilocalories) qui repose sur le dépassement global et local (grandes régions écologiques) de quatre des 9 « limites planétaires » (planet boundaries) identifiées dans la littérature (voir à ce sujet un précédent billet sur ce blog) : biodiversité, utilisation des sols, gestion de l’eau et cycle de l’azote. Ils ont également étudié les possibilités permises par des systèmes alimentaires plus durables.

Les auteurs montrent que les systèmes agricoles actuels, s’ils respectaient les limites planétaires étudiées, ne pourraient fournir que 2,95×1015 kcal, contre 5,74×1015 kcal actuellement : cela ne permettrait de nourrir que 3,4 milliards d’êtres humains. 48,6 % de la production globale actuelle reposeraient donc sur le dépassement de ces limites.

Les auteurs mettent également en évidence des différences marquées selon les zones géographiques (figure ci-dessous). Plus de 70 % de la production locale de certaines régions d’agriculture intensive d’Asie centrale et du Sud-Ouest, d’Europe et d’Amérique reposent sur le dépassement de ces limites. Les États-Unis et l’Europe connaissent ainsi des usages excessifs d’intrants azotés ; les pays tropicaux sont plus concernés par le changement d’usage des terres et la perte de biodiversité, et les régions subtropicales par la disponibilité en eau. Par ailleurs, dans certains pays (Inde, Iran, Pérou, etc.), la production alimentaire repose sur le dépassement de 3 des 4 limites étudiées.

Les auteurs ont aussi analysé les gains de production que permettraient des systèmes alimentaires plus durables, respectueux des limites étudiées. Ils proposent notamment une ré-allocation des terres, une gestion optimisée de l’eau et des nutriments, la réduction des pertes alimentaires et une baisse de la consommation de protéines animales. Ils montrent que la transition vers ces systèmes durables augmenterait globalement le nombre de kilocalories produites de 53 % par rapport au niveau actuel, tout en respectant les limites planétaires considérées. Cela permettrait de nourrir durablement 10,2 milliards d’humains. Cependant, certaines régions (Moyen-Orient, bassin de l’Indus, Indonésie et une partie de l’Europe) feraient face à des baisses de production et ne seraient pas autosuffisantes.

Estelle Midler, Centre d’études et de prospective

Source : Nature Sustainability

Laissez votre commentaire